mardi, 02 octobre 2007

Le Signe de l’Archange - Frédéric Bovis - 2007

bibliotheca le signe de l'archange

"Et il y eut guerre dans le ciel. Michel et ses anges combattirent contre le dragon. Et le dragon et ses anges combattirent, mais ils ne furent pas les plus forts, et leur place ne fut pas trouvée dans le ciel. Et il fut précipité, le grand dragon, le serpent ancien, appelé le diable et Satan, celui qui séduit toute la terre, il fut précipité sur la terre, et ses anges furent précipités avec lui."

Apocalypse de St Jean (XII, 7-9)


Une profanation mystérieuse au Mont Gargano, un lieu consacré à Saint Michel en Italie, une mort étrange à Jérusalem …, le commissaire Louis Dorval est demandé à enquêter surtout que l’auteur de ces actes laisse à chaque fois un message derrière lui clairement adressé au commissaire comme si celui-ci avait été choisi pour le suivre sur un jeu de piste mortel. Pendant ce temps au Mont-Saint-Michel en pleine préparation de grandioses festivités est le théâtre d’autres meurtres violents qui à priori ne semblent pas avoir de lien avec l’enquête de Louis Dorval. Petit à petit se révéleront des indices les plus mystérieux au policier français indiquant que l’auteur de ces crimes ne serait personne d’autre que le diable en personne et que tout cela faisait parti d’un plan bien plus immense et obscur et encore si difficile à appréhender. Mais tout cela est-il possible ? Tout se déroule comme si le combat biblique entre Saint Michel et Satan ne s’était pas achevé tel que le disent les Saintes Ecritures. Et dans ce cas, qu’est-il advenu de Saint Michel.

Avec Le Signe de l’Archange l’écrivain français Frédéric Bovis et les éditions Tolège nous sortent un nouveau étonnant thriller ésotérique qui fait suite à La Trace, le dernier secret de Jean-Paul II, publié un an plus tôt. Frédéric Bovis fait cette fois-ci cavalier seul, laissant ses deux co-auteurs du précédent, pour nous fournir à nouveau un roman exceptionnel et même plus passionnant que le premier. Si de nombreuses références sont faites dans ce roman-ci à La Trace, le dernier secret de Jean-Paul II (2006), celui-ci peut cependant se lire de façon tout à fait indépendante, le seul lien entre les deux étant le personnage de Louis Dorval qui avait un rôle plus mineur précédemment. D’ailleurs l’histoire ne constitue non plus en rien une suite réelle.
Ici, Frédéric Bovis s’attache au combat biblique du bien contre le mal illustré dans l’Apocalypse de St Jean par le combat entre Saint Michel, le protecteur des cieux, et la Bête, le diable en forme de dragon. Le commissaire Louis Dorval part enquêter sur ce qui pourrait être la dernière bataille de cette guerre manichéenne. Et comme dans son roman précédent, Frédéric Bovis mêle une passionnante intrigue se déroulant de nos jours à de nombreux événements de l’histoire chrétienne et de celle du Mont-Saint-Michel réinterprêtés afin de servir l’intrigue de base. Ces allers et retours à travers les âges maintiennent parfaitement le suspense jusqu’à la fin où le passé et le présent se rejoignent. L’intrigue en devient plus complexe mais est habilement menée afin que peu à peu tous les éléments s’assemblent pour mener vers une fin aussi surprenante qu’étonnante. Le style d’écriture est parfait pour ce genre de thriller, la langue est riche et tout est assez bien développé. Le dénouement final peut à première vue paraître un peu court mais, après réflexion, correspond parfaitement aux besoins du roman et du sens réel de l’intrigue. Il est toutefois à regretter le caractère trop chrétien de l’histoire et de son développement, ainsi qu’une certaine légèreté dans la description des événements décrits rendant certains passages pas toujours très crédibles.


Le Signe de l’Archange est un excellent thriller qui ravira tous les amateurs de romans un peu plus portés sur l’ésotérisme. Mais aussi pour tous les autres.

A découvrir.

Pour commander ce livre via Amazon.fr : CLIQUEZ ICI !

Extrait :

Sur près d'un mètre de large, une scène de lutte était représentée avec sauvagerie, le combat séculaire de l'Archange et du dragon était peint avec un réalisme et une violence inouïe! La fresque était composée dans ses moindres détails et dans un festoiement de couleurs, la minutie du trait était tel qu'on pouvait sentir la puissance des coups portés... Toute la haine de la bête exsudait de son visage noir. mais contrairement à toutes les reproductions que connaissait Dorval de cette lutte manichéenne, c'était cette fois saint Michel qui était terrassé, anéanti... Le visage angélique du chef des armées de Dieu, écrasé sous une patte griffue et acérée, exhalait une terrible souffrance, quelque chose de presque palpable. Le policier frissonna et recula comme si le dessin risquait de jaillir de la pierre. Impossible!

Pour commander ce livre via Amazon.fr : CLIQUEZ ICI !

Voir également:
- La Trace, le dernier secret de Jean-Paul II – Frédéric Bovis, Jean-François Lopez et Léopold Jorge (2006), présentation

dimanche, 07 janvier 2007

La Trace : le dernier secret de Jean-Paul II – Frédéric Bovis, Jean-François Lopez et Léopold Jorge - 2006

bibliotheca la trace

Paris, 1998. Le jeune archéologue Emmanuel de Saint-André est contacté par un avocat new-yorkais pour aller récupérer un héritage que lui destine son arrière grand-père. Emmanuel, ne se souvenant pas de son bisaïeul, est fort étonné de cette nouvelle et se rend sans tarder à Zürich où l’héritage est conservé dans le coffre-fort d’une banque. Mais Emmanuel ne se doute pas encore qu’il sera lié à l’une des quêtes les plus anciennes de ma chrétienté. Une fois l’héritage récupéré, qui finalement ne s’avère être qu’un tas de documents ésotériques, Emmanuel se sent traqué. L’avocat new-yorkais est assassiné et Emmanuel n’a pas d’autre possibilité que de s’enfuir et découvrir ce qui se cache derrière ce qui lui arrive. Mais pour cela il devra d’abord déchiffrer l’héritage laissé par son grand-père.
Jérusalem, an 33. Alors que le Nazaréen Jésus vient d’être crucifié, son corps est récupéré par Joseph d’Arimathie. Celui-ci en préparant le corps de ce prétendu messie, le vide de son sang qu’il récolte dans une coupe. Très vite il va s’apercevoir d’un miracle : le sang récolté semble resté vivant. Il tente d’en avertir les autorités, mais ceux-ci ne veulent rien en savoir. Mais une mystérieuse secte semble vouloir mettre la main sur ce qu’ils considèrent comme une dangereuse relique. Joseph d’Arimathie comprend vite qu’il faut cacher ce trésor tout en laissant une trace derrière lui…

La Trace est un roman ésotérique qui sort en 2006 sur la vague du succès des livres Da Vinci Code (The Da Vinci Code, 2003) et Anges et démons (Angels and Demons, 2000) du même Dan Brown. Dans ce thriller les trois auteurs nous mènent à travers les temps pour nous conter l’affrontement entre le bien et le mal pour la quête du Graal. De Jérusalem de l’an 33 à Rennes-le-Château du XIXème siècle en compagnie du célèbre et mystérieux abbé Saunière, en passant par les Croisades et la création de l’ordre des Templiers et bien d’autres lieux et époques devenus des classiques de la quête du Graal et tous ésotérismes chrétiennes. Mais contrairement à Dan Brown, les trois auteurs de La Trace n’hésitent pas à faire entrer l’élément fantastique dans leur roman. De plus, alors que dans le Da Vinci Code (The Da Vinci Code, 2003) on n’était finalement jamais réellement sûr de l’existence réelle de ce Graal, l’auteur nous laissant volontairement dans le doute, ici les auteurs nous le confirment et nous donnent finalement un dénouement fort (voir trop) chrétien, qui peut en déranger plus d’un.
Mis à part toutes ces questions plus ésotériques, La Trace est un thriller terriblement efficace à l’intrigue habilement menée dans un style impeccable. Ces allers et retours dans le temps donnent du rythme au récit et maintiennent le suspense jusqu’à la dernière page. Et chaque événement du passé conté apporte une nouvelle clef à la compréhension du tout. De plus le héros de ce roman doit avant tout découvrir sa propre histoire et ses origines pour découvrir la solution. Hélas d’un point de vue historique, même si cela reste passionnant, le style n’est pas toujours réussi : à certains moments des termes et expressions qui ne sont clairement pas de l‘époque sont utilisés par des auteurs ce qui empêche le lecteur de plonger à fond dans cette époque (par exemple le fait de qualifier à l’époque des Croisades Godefroy de Bouillon de chevalier belge, alors que la Belgique n’existait pas encore).

En bref La Trace : le dernier secret de Jean-Paul II est un thriller ésotérique plutôt réussi, malgré certains points dérangeants.

Il est à noter que La Trace : le dernier secret de Jean-Paul II est le premier livre édité par la maison d’édition Tolège qui se définit comme tournée vers les thrillers ésotériques, historiques et politiques.

Pour commander ce livre via Amazon.fr : CLIQUEZ ICI !

Voir également:
- Le Signe de l’Archange - Frédéric Bovis (2007), présentation et extrait