lundi, 25 octobre 2010

Camping sauvage - Antoine Blocier - 2010

bibliotheca camping sauvage.jpgUne expédition dans la jungle amazonienne tourne au drame, l’épouse de l’explorateur se fait assassiner sauvagement sous les yeux de son fils...
Dix ans plus tard, à Paris, un tueur en série cruel s’en prend à des SDF (sans domicile fixe), des victimes rêvées car sans famille ni attache pour venir les réclamer. Il s’attaque particulièrement à ceux campant sur les quais du canal Saint-Martin en reproduisant des rites barbares relatés par un certain professeur Goldberg dans son traité d’anthropologie, ce même professeur qui dix ans plus tôt avait vu échouer son expédition en pleine forêt amazonienne. Plus étrange encore, ce tueur veut coûte que cote que la jeune Talula, naufragée volontaire des quais, soit témoin de ses actes et puisse le suivre à la trace. Désespérée elle se fera aider par un ancien flic de choc, reconverti dans le privé, appelé le Minotaure. Très vite ces deux enquêteurs se rendent compte que la solution de l’énigme se trouve quelque part dans le passé, cette expédition finie dans la violence et qui libère encore de nos jours tout son lot de haine et de barbarie...

Polar paru en 2010, l’écrivain français nous expose dans Camping sauvage une sordide affaire de tueur en série se déroulant parmi les miséreux de Paris, ces laissés pour compte qui, il y a quelques années, avaient trouvé un refuge fortement médiatisé à l’époque sur les quais parisiens. L’intrigue, classique du genre, est menée avec beaucoup de brio et tout autant de cruauté. Le tout est accompagné d’un suspense à couper le souffle et écrit dans une langue bien vivante. L’équipe hétéroclite d’héros enquêteurs, un drôle de privé et une SDF volontaire, est très attachante et le lecteur se lance bien volontiers à leur suite dans cette très sordide affaire. Mais au-delà du polar ce roman permet aussi de faire découvrir un monde un peu à part, celui des exclus, au quotidien si difficile et fait du chacun pour soi, qui, pour survivre à cette menace, ne trouveront leur salut que dans une solidarité réinventée.

Camping sauvage d’Antoine Blocier est un polar très efficace et surprenant, qui de plus est accompagné d’une belle réflexion sur notre société et ses dérives.

A découvrir !

Pour commander ce livre :

AMAZON.fr  -  FNAC.com  -  ABEBOOKS.fr  -  PRICEMINISTER.com


Présente édition
: Editions Krakoen, 30 septembre 2010, 318 pages

Voir également :
- Désordre au Temple - Antoine Blocier (2011), présentation

Commentaires

« Camping sauvage »
roman
d'Antoine Blocier
Editions Krakoen
Forcément noir
septembre 2010
314 pages
12 €

Qui veut la peau des sans rien ?

Ils sont des milliers, sans défense avec si peu d'attache pour ne pas dire aucune à essayer de survivre dans un Paris indifférent, un peu solidaire, du moins inquiet en hiver et pas du tout en été quand ces sans rien font tache (!?)au moment de l'arrivée des touristes étrangers.
Cette fiction conçue et rédigée par Antoine Blocier est noire, comme est noire la vie des exclus, ces naufragés de la vie, victimes d'une société où la grande pauvreté a une fonction sociale!
« accompagnée du manque de logements, d'emplois, de salaires décents, elle vise à calmer l'ardeur de ceux qui seront toujours aux limites de la rupture. Oseront-ils revendiquer, manifester, exiger... au risque de perdre le peu qu'ils ont ? Au risque de se retrouver exclus à leur tour, entraînés dans la spirale sans fin de la déchéance ».

L'analyse est implacable et juste à la fois.

La mort ne fait pas que rôder, elle frappe les SDF et notamment les « étrangers », ceux qui n'ont plus de familles ou qui sont séparés de leurs proches.
Qui viendra réclamer les corps ? Qui décidera de mener une véritable enquête?
Les lâches s'attaquent aux vulnérables, comme le font ces autres « tordus » qui instaurent des distributions de soupe à base de porc réservées à ceux qui ne sont ni juifs, ni musulmans. « Agiter la soupe sous le nez de ceux qui ont faim mais ne peuvent en manger est d'une rare cruauté. La haine est parfois facétieuse. »

Les phrases défilent et s'enchaînent à un rythme parfois endiablé, le suspens est présent en permanence et l'auteur réussit à écrire un vrai « polar ».
Pour réussir son œuvre, l'auteur rajoute et mélange avec réussite deux ingrédients : une écriture soignée et une description du quotidien des SDF qui campent sur le quai du canal Saint-Martin.... énigme et sociologie constituent ici un mélange explosif de qualité.
Antoine Blocier nous montre la réalité de la société des SDF, les rivalités existantes mais surtout, malgré la misère subie, leurs solidarités réelles.

Attachez vous bien au siège, l'auteur ne vous ménage pas...Au moment de l'accalmie un nouveau drame surgit avec des SDF victimes de rites barbares. On se croirait dans le livre d'anthropologie du professeur Samuel Goldberg, l'un des personnages de ce roman....Mais nous sommes pourtant au début de ce troisième millénaire dans cette capitale si surveillée et si moderne!
Serait-il encore minuit dans le siècle pour tous ceux qui sont sacrifiés sur l'autel de l'indifférence ?
Captivé par l'histoire, j'ai essayé plusieurs fois de lâcher mon livre pour souffler...Je n'ai pas pu, il m'a fallu aller jusqu'au bout de l'enfer.
Mais, bien évidemment je ne dévoilerai pas la fin de l'histoire ni la solution de « l'énigme »...Allez
découvrir ce livre, vous l'aimerez, j'en suis sûr.


Jean-François Chalot

Écrit par : CHALOT | samedi, 22 janvier 2011

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.