mardi, 02 octobre 2007

Le Signe de l’Archange - Frédéric Bovis - 2007

bibliotheca le signe de l'archange

"Et il y eut guerre dans le ciel. Michel et ses anges combattirent contre le dragon. Et le dragon et ses anges combattirent, mais ils ne furent pas les plus forts, et leur place ne fut pas trouvée dans le ciel. Et il fut précipité, le grand dragon, le serpent ancien, appelé le diable et Satan, celui qui séduit toute la terre, il fut précipité sur la terre, et ses anges furent précipités avec lui."

Apocalypse de St Jean (XII, 7-9)


Une profanation mystérieuse au Mont Gargano, un lieu consacré à Saint Michel en Italie, une mort étrange à Jérusalem …, le commissaire Louis Dorval est demandé à enquêter surtout que l’auteur de ces actes laisse à chaque fois un message derrière lui clairement adressé au commissaire comme si celui-ci avait été choisi pour le suivre sur un jeu de piste mortel. Pendant ce temps au Mont-Saint-Michel en pleine préparation de grandioses festivités est le théâtre d’autres meurtres violents qui à priori ne semblent pas avoir de lien avec l’enquête de Louis Dorval. Petit à petit se révéleront des indices les plus mystérieux au policier français indiquant que l’auteur de ces crimes ne serait personne d’autre que le diable en personne et que tout cela faisait parti d’un plan bien plus immense et obscur et encore si difficile à appréhender. Mais tout cela est-il possible ? Tout se déroule comme si le combat biblique entre Saint Michel et Satan ne s’était pas achevé tel que le disent les Saintes Ecritures. Et dans ce cas, qu’est-il advenu de Saint Michel.

Avec Le Signe de l’Archange l’écrivain français Frédéric Bovis et les éditions Tolège nous sortent un nouveau étonnant thriller ésotérique qui fait suite à La Trace, le dernier secret de Jean-Paul II, publié un an plus tôt. Frédéric Bovis fait cette fois-ci cavalier seul, laissant ses deux co-auteurs du précédent, pour nous fournir à nouveau un roman exceptionnel et même plus passionnant que le premier. Si de nombreuses références sont faites dans ce roman-ci à La Trace, le dernier secret de Jean-Paul II (2006), celui-ci peut cependant se lire de façon tout à fait indépendante, le seul lien entre les deux étant le personnage de Louis Dorval qui avait un rôle plus mineur précédemment. D’ailleurs l’histoire ne constitue non plus en rien une suite réelle.
Ici, Frédéric Bovis s’attache au combat biblique du bien contre le mal illustré dans l’Apocalypse de St Jean par le combat entre Saint Michel, le protecteur des cieux, et la Bête, le diable en forme de dragon. Le commissaire Louis Dorval part enquêter sur ce qui pourrait être la dernière bataille de cette guerre manichéenne. Et comme dans son roman précédent, Frédéric Bovis mêle une passionnante intrigue se déroulant de nos jours à de nombreux événements de l’histoire chrétienne et de celle du Mont-Saint-Michel réinterprêtés afin de servir l’intrigue de base. Ces allers et retours à travers les âges maintiennent parfaitement le suspense jusqu’à la fin où le passé et le présent se rejoignent. L’intrigue en devient plus complexe mais est habilement menée afin que peu à peu tous les éléments s’assemblent pour mener vers une fin aussi surprenante qu’étonnante. Le style d’écriture est parfait pour ce genre de thriller, la langue est riche et tout est assez bien développé. Le dénouement final peut à première vue paraître un peu court mais, après réflexion, correspond parfaitement aux besoins du roman et du sens réel de l’intrigue. Il est toutefois à regretter le caractère trop chrétien de l’histoire et de son développement, ainsi qu’une certaine légèreté dans la description des événements décrits rendant certains passages pas toujours très crédibles.


Le Signe de l’Archange est un excellent thriller qui ravira tous les amateurs de romans un peu plus portés sur l’ésotérisme. Mais aussi pour tous les autres.

A découvrir.

Pour commander ce livre via Amazon.fr : CLIQUEZ ICI !

Extrait :

Sur près d'un mètre de large, une scène de lutte était représentée avec sauvagerie, le combat séculaire de l'Archange et du dragon était peint avec un réalisme et une violence inouïe! La fresque était composée dans ses moindres détails et dans un festoiement de couleurs, la minutie du trait était tel qu'on pouvait sentir la puissance des coups portés... Toute la haine de la bête exsudait de son visage noir. mais contrairement à toutes les reproductions que connaissait Dorval de cette lutte manichéenne, c'était cette fois saint Michel qui était terrassé, anéanti... Le visage angélique du chef des armées de Dieu, écrasé sous une patte griffue et acérée, exhalait une terrible souffrance, quelque chose de presque palpable. Le policier frissonna et recula comme si le dessin risquait de jaillir de la pierre. Impossible!

Pour commander ce livre via Amazon.fr : CLIQUEZ ICI !

Voir également:
- La Trace, le dernier secret de Jean-Paul II – Frédéric Bovis, Jean-François Lopez et Léopold Jorge (2006), présentation

Commentaires

Bonjour Hello Marc,

Merci pour ta visite sur mon profil... et peut-être sur mon blog. Je viens de me promener (un tout petit peu) sur ton blog, qui est une mine d'information pour tout lecteur. J'y reviendrai, pour trouver l'inspiration d'une lecture de vacances.

A bientôt,

Bonne continuation,

Jean-Paul

Écrit par : Jean-Paul | mardi, 02 octobre 2007

Après "Le sang du temps" et "La promesse de l'ange", voilà encore un roman qui se déroule au Mont Saint Michel, qui cela dit vaut le voyage!

Écrit par : Jean-Marc | mercredi, 03 octobre 2007

En effet jean-Marc, j'ai aussi constaté que le Mont-Saint-Michel était bien à la mode ces derniers temps.
En même temps on ne se lasse guère d'un tel site.

Écrit par : Marc | mercredi, 03 octobre 2007

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.