dimanche, 07 janvier 2007

La Trace : le dernier secret de Jean-Paul II – Frédéric Bovis, Jean-François Lopez et Léopold Jorge - 2006

bibliotheca la trace

Paris, 1998. Le jeune archéologue Emmanuel de Saint-André est contacté par un avocat new-yorkais pour aller récupérer un héritage que lui destine son arrière grand-père. Emmanuel, ne se souvenant pas de son bisaïeul, est fort étonné de cette nouvelle et se rend sans tarder à Zürich où l’héritage est conservé dans le coffre-fort d’une banque. Mais Emmanuel ne se doute pas encore qu’il sera lié à l’une des quêtes les plus anciennes de ma chrétienté. Une fois l’héritage récupéré, qui finalement ne s’avère être qu’un tas de documents ésotériques, Emmanuel se sent traqué. L’avocat new-yorkais est assassiné et Emmanuel n’a pas d’autre possibilité que de s’enfuir et découvrir ce qui se cache derrière ce qui lui arrive. Mais pour cela il devra d’abord déchiffrer l’héritage laissé par son grand-père.
Jérusalem, an 33. Alors que le Nazaréen Jésus vient d’être crucifié, son corps est récupéré par Joseph d’Arimathie. Celui-ci en préparant le corps de ce prétendu messie, le vide de son sang qu’il récolte dans une coupe. Très vite il va s’apercevoir d’un miracle : le sang récolté semble resté vivant. Il tente d’en avertir les autorités, mais ceux-ci ne veulent rien en savoir. Mais une mystérieuse secte semble vouloir mettre la main sur ce qu’ils considèrent comme une dangereuse relique. Joseph d’Arimathie comprend vite qu’il faut cacher ce trésor tout en laissant une trace derrière lui…

La Trace est un roman ésotérique qui sort en 2006 sur la vague du succès des livres Da Vinci Code (The Da Vinci Code, 2003) et Anges et démons (Angels and Demons, 2000) du même Dan Brown. Dans ce thriller les trois auteurs nous mènent à travers les temps pour nous conter l’affrontement entre le bien et le mal pour la quête du Graal. De Jérusalem de l’an 33 à Rennes-le-Château du XIXème siècle en compagnie du célèbre et mystérieux abbé Saunière, en passant par les Croisades et la création de l’ordre des Templiers et bien d’autres lieux et époques devenus des classiques de la quête du Graal et tous ésotérismes chrétiennes. Mais contrairement à Dan Brown, les trois auteurs de La Trace n’hésitent pas à faire entrer l’élément fantastique dans leur roman. De plus, alors que dans le Da Vinci Code (The Da Vinci Code, 2003) on n’était finalement jamais réellement sûr de l’existence réelle de ce Graal, l’auteur nous laissant volontairement dans le doute, ici les auteurs nous le confirment et nous donnent finalement un dénouement fort (voir trop) chrétien, qui peut en déranger plus d’un.
Mis à part toutes ces questions plus ésotériques, La Trace est un thriller terriblement efficace à l’intrigue habilement menée dans un style impeccable. Ces allers et retours dans le temps donnent du rythme au récit et maintiennent le suspense jusqu’à la dernière page. Et chaque événement du passé conté apporte une nouvelle clef à la compréhension du tout. De plus le héros de ce roman doit avant tout découvrir sa propre histoire et ses origines pour découvrir la solution. Hélas d’un point de vue historique, même si cela reste passionnant, le style n’est pas toujours réussi : à certains moments des termes et expressions qui ne sont clairement pas de l‘époque sont utilisés par des auteurs ce qui empêche le lecteur de plonger à fond dans cette époque (par exemple le fait de qualifier à l’époque des Croisades Godefroy de Bouillon de chevalier belge, alors que la Belgique n’existait pas encore).

En bref La Trace : le dernier secret de Jean-Paul II est un thriller ésotérique plutôt réussi, malgré certains points dérangeants.

Il est à noter que La Trace : le dernier secret de Jean-Paul II est le premier livre édité par la maison d’édition Tolège qui se définit comme tournée vers les thrillers ésotériques, historiques et politiques.

Pour commander ce livre via Amazon.fr : CLIQUEZ ICI !

Voir également:
- Le Signe de l’Archange - Frédéric Bovis (2007), présentation et extrait

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.